En couverture

Dans l’antichambre de la Maison-Blanche

Challengesjeudi 12 janvier 2017
C’est un choix cornélien. Comme président des Etats- Unis, Donald Trump devrait en toute logique s’installer à la Maison- Blanche. Mais ce businessman habitué à diriger ses affaires depuis la célébrissime Trump Tower new-yorkaise du 725 Fifth Avenue préférerait y rester pour conduire le pays. Pas simple pour lui de renoncer à ses appartements répartis sur trois étages, décorés en style Louis XIV version rococo (or sur les murs, colonnes massives et copies de meubles d’époque). Difficile aussi de quitter ses bureaux du 26e étage d’où il orchestre la période de transition précédant son investiture.
Pourtant, Donald Trump s’installera probablement au 1600 Pennsylvannia Avenue, à Washington, comme tous ses prédécesseurs depuis le président John Adams en 1800. Même si son épouse Melania et son fils Barron ne le rejoindront qu’en juin.
Comme l’a observé Cindy Adams, chroniqueuse des potins mondains du New York Post : « La maison est plus petite que là où il a toujours vécu. » Pas une salle de bal digne de ce nom et la Red Room, où le président organise ses dîners confidentiels, est « pleine à craquer dès que l’on atteint les onze personnes ». Donald Trump pourrait donc se sentir à l’étroit dans une résidence qui comprend 132 pièces et 31 salles de bains ! A l’image de Ronald Reagan, qui prenait l’air dans sa résidence de Santa Barbara, ou de John Kennedy, qui se ressourçait dans la demeure familiale de Cape Cod, le nouvel occupant du bureau ovale pourrait décider de passer ses weekends dans sa tour new-yorkaise ou dans sa résidence de Mar-a-Lago, en Floride. J.-P. L. R.
LireLactu
Parcourir
Rechercher

Sources
Challenges
Courrier international
EL PAÍS
L'Humanité
La Croix
La Vanguardia
Le Figaro
Le Monde
Le Parisien
Les Echos
Libération
NY Daily News
Sciences et Avenir