Actualité à laffiche

Un spécialiste de la santé pour rétablir Nestlé

La révélation

Challengesjeudi 12 janvier 2017
On n’avait pas vu cela depuis 94 ans à Vevey (Suisse), au siège du géant de l’agroalimentaire ! Depuis le 1er janvier, le groupe Nestlé est dirigé par un homme recruté à l’extérieur. Il faut dire qu’Ulf Mark Schneider, 51 ans, Allemand naturalisé Américain en 2003, présente un bilan flatteur dans son précédent job. PDG du laboratoire allemand Fresenius, un spécialiste de la production d’insuline, c’est peu de dire que ce manager austère – il indique comme hobby la réflexion sur le devenir de l’industrie pharmaceutique! – a fait des étincelles.
Il a multiplié les acquisitions, dopé les bénéfices, le cours de Bourse et les dividendes en s’invitant avec succès sur le marché américain. Il quitte cette florissante entreprise au moment où elle affiche un chiffre d’affaires de 27,6 milliards d’euros (+ 19 %) et un bénéfice en hausse de 31%.
Chez Nestlé, « UMS » comme on le surnommait à Fresenius, agira sous le regard attentif de son prédécesseur Paul Bulcke, 62 ans, qui espère être nommé président non exécutif lors de l’assemblée générale d’avril prochain, en remplacement de son prédécesseur Peter Brabeck.
Sa première tâche va consister à développer Nestlé sur les marchés de la santé, alors que les barres KitKat et Lion, toujours vendues aux caisses des stations-services, ternissent ce projet. Et les marques de café malmenées par le regroupement spectaculaire de ses concurrents incitent à faire vite. Les résultats déçoivent, car le groupe peine à compenser les aléas rencontrés sur les marchés en voie de développement par une hausse de ses marges dans les pays riches.
En pilotant directement les divisions Health Science et Skin Health, Schneider montre qu’il entend chercher dans la pharmacie et la cosmétique les nouveaux horizons de ce groupe né grâce au café soluble, à la purée en flocons et au bouillon en cubes. J.-F. A.
Repères Né en 1965,
Ulf Mark Schneider est diplômé en gestion de l’université Saint-Gall et titulaire d’un MBA de Harvard. Il est passé par le holding du distributeur Metro avant de diriger le laboratoire allemand Fresenius, puis Nestlé.
LireLactu
Parcourir
Rechercher

Sources
Challenges
Courrier international
EL PAÍS
L'Humanité
La Croix
La Vanguardia
Le Figaro
Le Monde
Le Parisien
Les Echos
Libération
NY Daily News
Sciences et Avenir