7 JOURS

Sa marge de manœuvre est limitée

Courrier international—Hindustan Times (extraits) New Delhi, Lucknow, Patna, Calcutta,—Abhijit Dutta*,Publié le 21 novembre
Restez informés en suivant LireLactu sur
Le démolissage en règle d’Aung San Suu Kyi continue. Que ce soit Amnesty International ou le vice-président des États-Unis, Mike Pence, tous veulent démontrer leur grandeur d’âme en s’acharnant sur elle. Le plus gros reproche fait à Aung San Suu Kyi est qu’elle reste silencieuse ne condamne pas l’armée birmane, accusée de brutalités.
Accès requis pour lire la suite de cet article
Restez informés en suivant LireLactu sur