Capital/travail

Privatisation L'État se désengage d'Engie pour investir dans le nucléaire

L'Humanitéjeudi 12 janvier 2017
L'État français a annoncé mardi soir céder 4,1 % de ses participations chez Engie (ex-GDF Suez) via des placements institutionnels, ce qui représente 10 millions d'actions supplémentaires par rapport à ce qui était initialement prévu. Cette opération devrait rapporter 1,14 milliard d'euros dans les caisses publiques. Le produit de cette cession devrait servir en partie à financer une augmentation de capital de 4,5 milliards d'euros d'Areva, dont l'État est actionnaire à plus de 86 %. « L'État demeurera le premier actionnaire d'Engie et continuera à accompagner le groupe dans son plan de transformation stratégique », précise l'Agence des participations de l'État dans un communiqué de presse, soulignant que l'État détiendra de nouveau plus du tiers des droits de vote du groupe dans un délai de deux ans, conformément à la loi Florange de 2014. De nouvelles actions représentant 0,5 % du capital seront ultérieurement proposées aux salariés et anciens salariés.
L. N.
LireLactu
Parcourir
Rechercher

Sources
Challenges
Courrier international
EL PAÍS
L'Humanité
La Croix
La Vanguardia
Le Figaro
Le Monde
Le Parisien
Les Echos
Libération
NY Daily News
Sciences et Avenir