Politique&Citoyenneté

Jadot veut maintenir le cap écolo

L'HumanitéLOLA RUSCIO
Le candidat écologiste a présenté hier son projet, excluant pour l'heure tout rapprochement avec Benoît Hamon.
«Je veux construire le monde de demain en veillant à ce qu'il profite à toutes et à tous », a déclaré Yannick Jadot, hier à l'Espace Volumes, un lieu de travail collaboratif parisien. Devant des parlementaires et le comité exécutif d'Europe Écologieles Verts (EELV), ainsi que l'ancienne ministre du Logement Cécile Duflot et le député Noël Mamère, le candidat a décliné les grandes lignes de son projet intitulé « la France vive », dont l'intégralité sera disponible mi-février. Sortie « progressive » et « définitive » du nucléaire d'ici à 2035, « 100 % d'énergies renouvelables en 2050 et zéro déchets finaux en 2030 »...
Investir le terrain social YANNICK JADOT DEMANDE LA FIN « DE PROJETS INUTILES », DONT L'AÉROPORT DE NOTREDAME-DES-LANDES ET LE CHANTIER DE LA LIGNE FERROVIAIRE LYON-TURIN.
Outre les mesures purement écologiques, le candidat, dont l'espace se restreint à mesure que le programme de ses concurrents à gauche intègre cette dimension, a fait siennes des promesses de campagne abandonnées par François Hollande, comme le récépissé de contrôle au faciès, la PMA pour « toutes les femmes », le droit de vote pour les étrangers aux élections locales... Et d'investir aussi le terrain social. Yannick Jadot promet de rendre publique la liste des entreprises ne respectant pas l'égalité salariale, la mise en place d'un plan « bien-être » pour lutter contre la souffrance au travail, la revalorisation du Smic à 1 800 euros brut ou encore la réduction du temps de travail hebdomadaire, y voyant une « réponse au chômage de masse pour des milliers de personnes ».
L'ancien dirigeant de Greenpeace, se félicitant que l'écologie soit un point névralgique des programmes de Jean-Luc Mélenchon et de Benoît Hamon, en a fait une victoire de son parti : EELV n'a jamais été aussi « proche » de remporter « la bataille culturelle ». Les appels du pied au candidat PS se multiplient d'ailleurs au sein de son parti. La finaliste de la primaire écologiste, Michèle Rivasi, s'est déclarée « favorable » à un rapprochement avec l'ancien ministre de l'Éducation, alors que David Cormand, secrétaire national du parti, assurait en décembre que Benoît Hamon est le plus « écolo-compatible ».
Pour l'heure, Yannick Jadot, qui doit obtenir ses 500 parrainages, balaie tout soutien au candidat sans insulter l'avenir : « La mue qu'est en train d'opérer Benoît Hamon est positive, écrit-il dans un message interne rapporté par le Monde, (...) mais, en aucune manière, cela ne doit changer notre stratégie présidentielle. Cela peut en revanche être un excellent signal pour la clarification post-2017 qui interviendra. »
LireLactu
Parcourir
Rechercher

Sources
Challenges
Courrier international
EL PAÍS
L'Humanité
La Croix
La Vanguardia
Le Figaro
Le Monde
Le Parisien
Les Echos
Libération
NY Daily News
Sciences et Avenir