Idées

Thomas Clay En défense du Parquet national financier

« Ceux qui réclament la suppression du PNF sont ceux qu’il dérange », explique l’avocat et juriste, qui dresse un bilan positif des sept ans d’activité de l’institution mais souligne la nécessité qu’il soit indépendant vis-à-vis du pouvoir et des corporatismes

Le Mondemercredi 1 juillet 2020
Restez informés en suivant LireLactu sur
Assurément, la création du Parquet national financier en 2013 fut une grande avancée démocratique. Face à la délinquance financière toujours plus puissante et mondialisée, il fallait donner à notre justice les moyens de lutter à armes égales en étant capable de remonter des circuits financiers opaques ou de démonter des groupes sociétaires obscurs.
Accès requis pour lire la suite de cet article
Restez informés en suivant LireLactu sur