France

Emplois fictifs : prison ferme pour Fillon

Le tribunal a également condamné l’ancien premier ministre à 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité

Le Mondemercredi 1 juillet 2020
Restez informés en suivant LireLactu sur
Les contrats de Penelope Fillon n’avaient « aucune consistance ». En tant qu’assistante parlementaire auprès de son mari, François Fillon (de 1998 à 2002 puis de 2012 à 2013), et du suppléant de celui-ci, Marc Joulaud de 2002 à 2007, lorsqu’ils étaient députés, « elle n’a jamais effectué de réelles prestations de travail, en tout cas rien qui aurait pu justifier la rémunération perçue ».
Accès requis pour lire la suite de cet article
Restez informés en suivant LireLactu sur