Faits Divers

« Je préfère savoir mon fils mort plutôt qu’à votre place »

PROCÈS DE KARL ROSE Les familles des trois victimes abattues au hasard par le tueur d’Istres ont livré hier de bouleversants témoignages.

Le ParisienLouise Colcombetà Aix-En-Provence
Les victimes Serge Shorjian, 45 ans, Pierre Tanneux, 60 ans et Patrice Martinez, 36 ans.
document « la provence »
Elle a noirciles pages d’un grand cahier, pour ne rien oublier. Pris une grande inspiration, pour se donner du courage. Mais l’émotion, difficilement contenue depuis l’ouverture jeudi dernier du procès de Karl Rose pour assassinats, a été la plus forte. Témoignant hier après-midi devant les assises du Bouches-du-Rhône où elle venait évoquer la mémoire de son père, Sandrine Tanneux, la voix déformée par les sanglots, a laissé entrevoir l’insondable douleur qui a colonisé les familles des trois victimes de ce 25 avril 2013. Avec son frère Guillaume, la jeune femme a dressé le portrait d’un homme attachant, « déconneur » et « bon vivant », un « père aimant » qui leur remontait le moral d’un simple SMS blagueur, capable de parcourir des kilomètres pour venir dépanner la voiture d’un de ses enfants… Un cadre familial à l’opposé de ce qu’a connu l’accusé, qui, à 19 ans, pour se « venger » de ses parents, dit-il, a abattu arbitrairement au kalachnikov, dans les rues d’Istres (Bouches-du-Rhône), Serge Shorjian, 45 ans, Patrice Martinez, 36 ans, et Pierre Tanneux, 60 ans.
Ce 25 avril 2013 vers 14 h 15, Josiane, la veuve de Serge Shorjian, perçoit des « crépitements » venant de l’extérieur. Avec son jeune fils, elle le découvre à terre, victime, pense-t-elle, d’une simple chute. « Puis j’ai vu qu’il avait un trou énorme dans le dos, raconte-t-elle courageusement. Son cœur battait encore. J’ai essayé de soulever son visage, mais il était plein de sang… » Elle demande alors à son fils d’appeler Patrice Martinez, voisin et ami. « Il m’a répondu : maman, il est là Patrice. » L’homme gît, adossé à un muret, les yeux ouverts. Pierre Tanneux sera tué quelques mètres plus loin, dans sa voiture.
Un à un, les proches de ces trois hommes sont venus retracer les souvenirs communs, les joies simples des repas de famille, les « étés à la Pagnol entre cousins », de Serge Shorjian, fils d’un orphelin rescapé du génocide arménien… Evoquer « l’avant » pour conjurer « l’après » : « tout n’est plus qu’un après 25 avril 2013 », a posé Margaux Shorjian, digne et impressionnante de maturité à 19 ans. « Il y a le visible : les autopsies, la balistique, a détaillé son oncle Eric Shorjian. Et puis il y a l’invisible. » L’invisible, ce sont les couples qui éclatent, la dépression, l’alcool, la tentation d’en finir… C’est aussi cette mère en fin de vie, protégée jusqu’au bout du deuil de son fils par une somme de pieux mensonges. « On a dû cacher les journaux à maman, lui dire que si Pierre ne venait pas, c’est parce qu’il avait été opéré de l’épaule et ne pouvait conduire, relate la sœur du défunt… On a fait ouvrir le caveau familial en secret. Ma hantise, c’était qu’elle lise en moi et que je craque », sanglote-t-elle.
Karl Rose encourt la perpétuité
Dans un témoignage déchirant, Agnès a raconté l’insupportable deuil de Patrice, ce « beau gosse au regard de braise » qui lui avait fait reprendre goût à la vie, après le décès brutal d’un premier mari dans un accident de moto. « Je dormais dans ma voiture, sur le parking du cimetière, pour être au plus près de lui. Je me suis allongée dans cette trace au sol, contre le muret, pour voir dans le ciel ce qu’il a vu en partant », pleure-t-elle. Tous sont venus au procès pour comprendre. « Mais on a aussi fait le deuil du sens », a résumé lundi Margaux Shorjian. Sans haine ni esprit de vengeance, Jean-Pierre Martinez a simplement réclamé aux jurés une « peine juste ». Avant de lancer à l’accusé : « Je préfère savoir mon fils mort plutôt qu’il soit à votre place. »
Karl Rose encourt la perpétuité. Le verdict sera connu vendredi.
LireLactu
Parcourir
Rechercher

Sources
Challenges
Courrier international
EL PAÍS
L'Humanité
La Croix
La Vanguardia
Le Figaro
Le Monde
Le Parisien
Les Echos
Libération
NY Daily News
Sciences et Avenir