Sports nationaux

L’occasion est trop belle

Coupe de la Ligue. Triple tenant du titre, le PSG accueille Metz, bien diminué, avec un double objectif : se hisser à nouveau dans le dernier carré et continuer à se rassurer.

Le ParisienBertrand Métayer
En quête de confiance, Paris se nourrit de victoires comme un fauve passe son temps à se repaître de ses proies. Et la chasse s’annonce encore bonne. Après Bastia et son équipe b qui est venu encaisser sans trop broncher sept buts samedi en Coupe de France (7-0), c’est au tour de Metz de se présenter porte d’Auteuil en victime expiatoire. A quatre jours de son déplacement en championnat chez le leadeur niçois, Philippe Hinschberger a clairement choisi sa priorité et laissé une dizaine de joueurs à la maison. « A Paris, on a peut-être 5 ou 10 % de chances de se qualifier, glisse l’entraîneur messin. Il y a une place en demi-finale de Coupe de la Ligue à aller chercher, mais ce sera très dur, peut-être impossible à réaliser. Si on regarde les derniers résultats de Paris, on tombe en déprime… » Paris n’en a cure et ne compte pas se transformer en distributeur d’anxiolytiques. Les hommes d’Unai Emery croquent dans 2017 avec l’envie de démontrer que le visage affiché lors du second semestre 2016 était de l’histoire ancienne.
Draxler forfait
Dans la perspective du choc de la L 1 face à Monaco le 29 janvier et le premier acte contre Barcelone le 14 février, l’heure est donc à la montée en puissance. « Depuis la reprise, je sens à chaque entraînement que l’équipe est concentrée pour améliorer ses prestations de la première partie de la saison, se réjouit Unai Emery. On doit continuer les bonnes choses que l’on réussit à domicile. Et c’est la Coupe de la Ligue, il y a aussi un titre en jeu. » Pour se rapprocher d’un quatrième sacre de rang, Paris devra cependant faire sans Pastore (genou), Krychowiak (genou) et surtout sans Julian Draxler. Le champion du monde allemand, touché à une cuisse lors de son entrée en jeu contre les Corses, s’est entraîné à part sans cependant se montrer très inquiet. Pendant son entraînement, il s’est même dit prêt à jouer ce soir, avant de se raviser et de lâcher en plein exercice dans un français convaincant : « Je serai prêt à marquer des buts samedi. »
LireLactu
Parcourir
Rechercher

Sources
Challenges
Courrier international
EL PAÍS
L'Humanité
La Croix
La Vanguardia
Le Figaro
Le Monde
Le Parisien
Les Echos
Libération
NY Daily News
Sciences et Avenir