Société

Un robot berceau

Le ParisienAymeric Renou
Aymeric Renou
Quelques dizaines de start-up ont donné la part belle, au salon high-tech grand public de Las Vegas (Etats-Unis) qui a fermé ses portes dimanche, à la maternité et à la puériculture. Entre des tire-lait intelligents, les capteurs de grossesse et les biberons, balances, body ou encore jouets connectés, le berceau Snoo (photo) promet le Graal aux jeunes parents épuisés par la fatigue : un peu de sommeil et beaucoup de tranquillité. Imaginé par Harvey Karp, auteur de plusieurs livres de conseils aux parents suivis notamment par des célébrités de Hollywood, le Snoo de Happiest Baby est équipé de micros qui captent et détectent les pleurs de bébé. Plus besoin de se lever la nuit pour aller le rassurer en cas de réveil, le berceau robot se charge de bercer automatiquement le nourrisson par de légers mouvements de balancier de son matelas jusqu’à ce qu’il se rendorme, quitte à diffuser également quelques sons apaisants comme des gouttes de pluie qui tombent. « Ce n’est pas pour les parents paresseux, c’est pour avoir de meilleurs parents », affirme l’inventeur du Snoo, qui souligne que l’épuisement parental peut mener à prendre de « mauvaises décisions » comme dormir avec le bébé dans son lit, au risque de l’étouffer. Pour lutter contre les risques de mort subite du nourrisson, le Snoo permet aussi d’emmailloter l’enfant dans une sorte de sac de couchage qui le maintient fermement sur le dos. Une solution qui fait toutefois débat chez nombre de parents et parmi de nombreux professionnels de la pédiatrie. Autre hic : la tranquillité offerte par le Snoo a toutefois un prix en forme de cauchemar pour les petits budgets : 1 160 $ (1 095 €).
LireLactu
Parcourir
Rechercher

Sources
Challenges
Courrier international
EL PAÍS
L'Humanité
La Croix
La Vanguardia
Le Figaro
Le Monde
Le Parisien
Les Echos
Libération
NY Daily News
Sciences et Avenir