Societe

En parler fait avancer la recherche

Les maladies taboues souffrent d’un déficit d’intérêt, y compris en termes de recherches, pointe un historien de la santé. Leur médiatisation par des personnalités - de la Poliomyélite hier à l’endométriose aujourd’hui - accélère grandement celles-ci.

Le ParisienFl.M.
Restez informés en suivant LireLactu sur
Elles perturbent la vie sociale et professionnelle. Elles touchent à l’intime, à la sexualité, à l’apparence physique. Elles sont victimes des préjugés tenaces, des fantasmes de contagion, de la phrase toute faite « c’est dans ta tête ».
Accès requis pour lire la suite de cet article
Restez informés en suivant LireLactu sur