Societe

« La barre du million de cas est franchie »

Le ParisienFl.M.
À SOS Médecins, le téléphone ne cesse de sonner pour des cas de grippe. Selon le secrétaire général, Serge Smadja, c’est loin d’être terminé.
Vous-même, avez-vous dû faire face à des cas graves liés à la grippe H3N2 ?
SERGE SMADJA. J’ai dû faire hospitaliser des patients. Je vois tous les jours des personnes âgées qui respirent mal car l’une des particularités de H3N2 est d’entraîner des complications, notamment respiratoires. Nous avons eu au cours des sept derniers jours une activité débordante à SOS Médecins et cela va continuer : la grippe va progresser dans les semaines à venir.
Qui est touché ?
La barre du million de cas est franchie. Mais ce qui frappe, c’est que les plus de 65 ans sont particulièrement touchés. Ils le sont dans des proportions beaucoup plus importantes que d’habitude. Les chiffres que nous avons transmis sont clairs : cette année, les seniors dépassent de 21 % le nombre de cas attendus pour leur tranche d’âge. Si l’on rapporte ces données à l’épidémie très virulente de grippe d’il y a deux ans, les 65 ans et plus le dépassent déjà de 13 %.
Faut-il donc s’attendre à une augmentation des décès ?
Cette épidémie s’attaque aux seniors. Elle est dangereuse pour eux car les personnes âgées ont un système immunitaire qui dysfonctionne. Il est difficile pour elles de créer les anticorps nécessaires pour repousser le virus. Vu les chiffres et le public touché, oui, il faut s’attendre à une mortalité importante cette année.
La vaccination ne sert-elle donc à rien ?
Pas du tout. Le risque est justement de faire un mauvais procès au vaccin. Il ne sert pas à rien et reste le moyen le plus efficace aujourd’hui de se protéger d’une forme grave, voire mortelle de grippe. Sans lui, le nombre de ces cas serait plus élevé. Même s’il n’est pas efficace à 100 %, s’en passer serait une hérésie.
Nous avons jusqu’au 31 janvier pour nous faire vacciner. Et les autres mesures de protection efficaces ?
Il faut toujours se couvrir la bouche lorsque l’on tousse pour ne pas contaminer son entourage. Le lavage des mains doit se faire à l’eau et au savon. Les solutions hydroalcooliques sont une solution de secours. Il faut se laver les mains après être allé aux toilettes, avoir pris les transports en commun, avoir touché quelqu’un.
LireLactu
Parcourir
Rechercher

Sources
Challenges
Courrier international
EL PAÍS
L'Humanité
La Croix
La Vanguardia
Le Figaro
Le Monde
Le Parisien
Les Echos
Libération
NY Daily News
Sciences et Avenir