High-Tech & Médias

Google cherche à vendre ses satellites

Les EchosSébastien Dumoulin
Deux ans et demi après avoir dépensé 500 millions de dollars, le géant se désengage.
L'heure de la rationalisation a-t-elle sonné à Mountain View ? Selon plusieurs médias américains, dont l'agence Bloomberg et le « Wall Street Journal », Alphabet - la maison mère de Google - est entré en discussion avec Planet, un de ses concurrents dans le domaine des minisatellites d'imagerie, pour lui céder sa filiale Terra Bella. Celle-ci avait été achetée par le géant américain en juin 2014, lorsqu'elle portait encore le nom de Skybox Imaging, pour 500 millions de dollars. Google avait à l'époque une double ambition. « Les satellites de Skybox aideront Google Maps à rester précis avec des images à jour. Plus tard, nous espérons aussi que les équipes et la technologie de Skybox seront en mesure d'aider à améliorer l'accès à Internet et le secours en cas de sinistre - des domaines qui intéressent Google depuis longtemps »,
    expliquait
le groupe.
Deux ans et demi plus tard, Google se désengage donc, et au profit d'une start-up. Planet, créé en 2010, dispose d'une cinquantaine de satellites en orbite, plus petits et réalisant des clichés de moindre résolution que les sept satellites de Terra Bella. Planet serait en train de lever des fonds pour réaliser l'acquisition, et parmi ses nouveaux investisseurs devrait se trouver… Alphabet.
Le groupe de Mountain View n'a pas renoncé aux images satellitaires. Il préfère simplement laisser le soin à d'autres de concevoir, lancer et gérer les appareils. C'était déjà ce que préfigurait, début 2015, l'investissement de 1 milliard de dollars d'Alphabet, avec le fonds Fidelity, dans SpaceX, l'entreprise spatiale d'Elon Musk.
Coupes dans les programmes dispendieux
Ce n'est pas le premier projet annexe de Google sur lequel le groupe décide de tirer le rideau. En mars, il avait décidé de se séparer de son activité de développement de robots humanoïdes, Boston Dynamics. En septembre, c'était le développement d'un smartphone modulaire, le projet Ara, qui était abandonné. Et en octobre, Alphabet avait considérablement revu à la baisse les ambitions de Google Fiber, la filiale qui devait déployer un réseau de fibre optique dans les grandes métropoles américaines, réduisant ses effectifs de 9 %. Autant de coupes dans les programmes les plus dispendieux de la galaxie Google qui seraient l'oeuvre de Ruth Porat, la directrice financière arrivée il y a près de deux ans.
La firme n'a pas perdu tout grain de folie pour autant. Pour l'accès à Internet depuis les airs, Google a toujours ses projets Loon, recourant à des ballons stratosphériques, et SkyBender, passant par des drones.
LireLactu
Parcourir
Rechercher

Sources
Challenges
Courrier international
EL PAÍS
L'Humanité
La Croix
La Vanguardia
Le Figaro
Le Monde
Le Parisien
Les Echos
Libération
NY Daily News
Sciences et Avenir