Idées & Débats

Travail le dimanche et archaïsme des syndicats

Les Echosjeudi 12 janvier 2017
Pour notre contributeur Jean-Sébastien Attié, le travail dominical et son application dans les grands magasins parisiens symbolisent le fossé gigantesque entre les syndicats et les salariés.
Ouverture : « Après plus d'un an et demi de négociations, le Printemps, grand magasin parisien, va enfin pouvoir ouvrir tous les dimanches de l'année. L'Unsa, le syndicat qui empêchait l'ouverture dominicale, a finalement donné son accord lundi 2 janvier. »
Blocages : « Cette extension du travail dominical relance les possibles pour repenser enfin le syndicalisme en France. [...] En effet, leur combat, qui apparaît d'arrière-garde depuis longtemps, le devient à l'évidence : blocages et remise en cause des votes réalisés au sein des entreprises, contestations, actions diverses. »
Volontaires : « Quel plaisir que de constater après coup, comme le rapporte le quotidien "Le Monde", que 92 % des salariés des Galeries Lafayette du boulevard Haussmann à Paris sont volontaires pour ledit travail dominical. Et que donc probablement tous les salariés ne seront pas servis ! »
Déconnexion : « La non-représentation démocratique syndicale s'en trouve accentuée : peu de votants, très peu de salariés syndiqués (moins de 10 % en France), et une obligation de représentation nationale font que les syndicats de gauche dure sont totalement déconnectés des réalités de l'entreprise et de la volonté des salariés. Ces syndicats (CGT, FO, Sud) sont certes marginaux en vote, mais perdurent par leur degré de nuisance [...] »
    A lire en intégralité sur Le Cercle, le site participatif des Echos lesechos.fr/idees-debats/cercle
LireLactu
Parcourir
Rechercher

Sources
Challenges
Courrier international
EL PAÍS
L'Humanité
La Croix
La Vanguardia
Le Figaro
Le Monde
Le Parisien
Les Echos
Libération
NY Daily News
Sciences et Avenir