Culture

Avortement, le corps de l’histoire

En solo, la comédienne Françoise Gillard donne chair au texte d’Annie Ernaux qui relate sans fard son «Evénement» de 1964.

Libérationvendredi 21 avril 2017
Restez informés en suivant LireLactu sur
Elle est donc seule sur scène, assise sur une chaise de classe tournée à l’envers, jambes coincées dans le cadre du dossier, robe sans manche, silhouette tenue, cheveux retenus. Elle parle et on entend si précisément chaque mot qu’ils semblent se dessiner dans l’espace.
Accès requis pour lire la suite de cet article
Restez informés en suivant LireLactu sur