Société

«Il ne faut pas que cette épreuve soit un concours d’art oratoire»

Inspirateur de l’idée du grand oral au bac, le directeur de Sciences-Po Lille, Pierre Mathiot, se veut rassurant et estime qu’il y aura forcément des «ajustements à apporter».

LibérationRecueilli par Marie Piquemal
Restez informés en suivant LireLactu sur
Pierre Mathiot, directeur de Sciences-Po Lille, qui a imaginé au démarrage la nouvelle épreuve de grand oral mise en place cette année, reconnaît lui aussi le risque d’une première année avec des ratés et craint que l’épreuve se limite à juger une performance et non le fond.
Accès requis pour lire la suite de cet article
Restez informés en suivant LireLactu sur