Culture

«1917», tu t’es vu quand t’obus ?

Tout à ses ambitions visuelles dopées à la virtuosité technique, Sam Mendes rejoue la Grande Guerre dans un spectacle immersif et sans point de vue.

Libérationmercredi 15 janvier 2020
Restez informés en suivant LireLactu sur
On voit sans mal, l’époque aidant, pourquoi l’élaboration d’un film à grand spectacle consacré à la Première Guerre mondiale ne pouvait s’envisager pour Sam Mendes (après deux James Bond signés coup sur coup, Skyfall et Spectre) qu’en les termes très en vogue d’un unique flux mobile et «immersif».
Accès requis pour lire la suite de cet article
Restez informés en suivant LireLactu sur