Écrans

«Tales From the Loop», langueur d’avance

Singulière par son rythme et à l’esthétique lunaire, la fiction SF, adaptée des peintures de Simon Stålenhag, incite à la contemplation et au spleen mais déçoit par son propos trop affecté.

LibérationMarius Chapuis
Restez informés en suivant LireLactu sur
Puisque la fiction est encore ce qui se recycle le plus facilement, Tales From the Loop est elle aussi une adaptation. A ceci près que cette série ne ruisselle pas d’un roman, d’un film ou d’une bande dessinée, mais de peintures. Autres codes, autres façons de dire.
Accès requis pour lire la suite de cet article
Restez informés en suivant LireLactu sur