Expresso-Culture

«La Proie d’une ombre», sévices à domicile

Dans ce presque huis clos à la photo léchée, une veuve se coule peu à peu dans les ténèbres, en proie aux secrets laissés par son mari suicidé dans la maison-piège qu’il avait construite pour elle.

LibérationCamille Nevers
Restez informés en suivant LireLactu sur
«Est-ce que c’est moi ?» Enquête horrifique à la surface cartographiée de soi-même, la Proie d’une ombre - si l’ombre du titre français est bien aussi celle de Beth la veuve, l’héroïne, et plus seulement celle du mari suicidé - offre une nouvelle déclinaison à l’interrogation taraudante, depalmienne, de l’identité.
Accès requis pour lire la suite de cet article
Restez informés en suivant LireLactu sur