Portrait

Florence Kammermann, vivre livres

La libraire de Cannes a longtemps refusé de fermer boutique et s’insurge du sort réservé au petit commerce et à la culture.

LibérationMathilde Frénois (photo Laurent Carré)
Restez informés en suivant LireLactu sur
Du fond de sa librairie, Florence Kammermann semble sortie d’un film de Jean-Pierre Jeunet. Sa queue-de-cheval sautille quand elle file chercher un livre, son œil scintille quand elle le retrouve de mémoire parmi les 30 000 références. Sans jamais perdre le fil de la conversation.
Accès requis pour lire la suite de cet article
Restez informés en suivant LireLactu sur