Portrait

Azzedine Taïbi, l’âge mur

Mis en cause pour avoir soutenu l’installation d’une fresque sur les violences policières, le maire PCF de Stains, tranquille dans ses combats, assume.

LibérationQuentin Girard (photo Frédéric Stucin pour "Libération")
Restez informés en suivant LireLactu sur
Ça n’arrête pas. Au comptoir du café, sous les grandes halles de Stains (Seine-Saint-Denis), sirotant un thé à la menthe, Azzedine Taïbi ne peut pas parler une minute sans que l’un de ses concitoyens ne l’aborde. L’un pour l’inviter à l’inauguration de son magasin, l’autre pour une place en HLM, un troisième pour un jardin mal nettoyé, la plupart pour seulement dire bonjour.
Accès requis pour lire la suite de cet article
Restez informés en suivant LireLactu sur