Société

Castration à vif des porcelets : du groin à moudre pour le secteur

Meilleure qualité de la viande, risques d’odeurs, anesthésie coûteuse… Eleveurs et industriels pèsent le pour et le contre.

LibérationP.M.
Restez informés en suivant LireLactu sur
Dans moins de quatre mois, les éleveurs devront arrêter de castrer à vif (sans anesthésie) les porcelets. Pratique qui intervient quand les animaux ont moins de sept jours et qui, selon l’avis général, «ne fait plaisir à personne» car «aucun éleveur n’aime castrer».
Accès requis pour lire la suite de cet article
Restez informés en suivant LireLactu sur