Culture

Zined Sedira, chapelle sixties

Dans une exposition au Jeu de paume conçue comme un voyage dans le temps, l’artiste recrée son salon londonien et puise tant dans son histoire personnelle que dans celle de l’Algérie pour interroger ce qui se transmet au cours d’une vie.

Libérationmardi 3 décembre 2019
Restez informés en suivant LireLactu sur
Insaisissable, Zineb Sedira a la bougeotte, file entre les doigts, traverse souvent la Manche et la Méditerranée, et on la croise au Jeu de paume où elle s’est installé «l’espace d’un instant» pour une exposition dense avec de nouvelles créations. C’est la première d’importance à Paris, initiée par Marta Gili et inaugurée par Quentin Bajac, le nouveau directeur.
Accès requis pour lire la suite de cet article
Restez informés en suivant LireLactu sur