Culture

«Le Genou d’Ahed» L’ire et la manière

Dévalant une pente électrique, sans cesse surprenante, le film de Nadav Lapid, prix du jury à Cannes, suit un cinéaste en colère qui se débat à la fois contre les dérives nationalistes d’Israël et la mort de sa mère.

LibérationPar Laura Tuillier
Restez informés en suivant LireLactu sur
C’est une caméra qui pleure, qui vole, qui joue, qui tombe et se relève.
Accès requis pour lire la suite de cet article
Restez informés en suivant LireLactu sur