Culture

«Les Hommes lents», leçon de pauses

Jadis jugées comme des péchés, l’oisiveté et la paresse sont sources de désordre face au progrès. L’historien Laurent Vidal y voit un désir d’émancipation face aux cadences infernales du monde moderne.

LibérationJ,e,a,n,-,Y,v,e,s, ,G,r,e,n,i,e,r
Restez informés en suivant LireLactu sur
Dans la tradition théologique, la paresse (longtemps qualifiée d’acédie) est un péché capital qui se caractérise par la mollesse mais aussi par la lenteur. Pour Guillaume Peyraud, dominicain du XIIIe siècle, l’acédie conduit au gaspillage de l’un des biens les plus précieux que Dieu a accordés à l’homme : le temps.
Accès requis pour lire la suite de cet article
Restez informés en suivant LireLactu sur