Événement

Gilets jaunes : «Faut bien qu’on se défende»

Ils ne soutiennent pas les «casseurs» mais ne sont pas surpris par l’escalade, verbale et physique, du mouvement. Si la plupart des manifestants rencontrés cette semaine par «Libération» se veulent pacifiques, ils pointent aussi du doigt une stratégie plus que musclée des forces de l’ordre.

Libérationvendredi 7 décembre 2018
Restez informés en suivant LireLactu sur
«Un chien, quand il a faim, il finit par mordre», lâche Marc, désabusé. Ce gilet jaune de Senlis, ancien ouvrier de la métallurgie, n’a pas participé aux deux dernières manifestations à Paris. Il n’a pas vu les «casseurs» s’en prendre aux forces de police, il n’a pas érigé de barricade dans les rues de la capitale, il n’a pas suffoqué dans une atmosphère chargée de gaz lacrymogènes.
Accès requis pour lire la suite de cet article
Restez informés en suivant LireLactu sur