ACTUALITÉS

Les grands feux de Chauvet recréés

Sciences et AvenirB. A.
L'homme n'a pas seulement orné la grotte de peintures, il y a aussi allumé des foyers.
JEFF PACHOUD/AFP
Des archéologues ont demandé l'aide des pompiers pour comprendre l'origine des traces de flambées relevées dans la cavité.
PALÉOLITHIQUE La célèbre grotte Chauvet-Pont d'Arc (Ardèche) est l'une des rares à présenter d'importantes traces de feux, qui ont rougi de grandes surfaces de parois et plafonds. « Il nous fallait comprendre dans quelles conditions ces feux de plusieurs mètres de haut avaient été réalisés il y a 36 000 ans », explique Catherine Ferrier, du laboratoire « De la préhistoire à l'actuel » de l'université de Bordeaux.
Aussi, en novembre dernier, des archéologues et sapeurs-pompiers sont-ils allés jouer avec des allumettes dans les carrières de Fauroux, à Lugasson (Gironde). Cet exercice -- sous très haute surveillance -- avait pour but de produire des flambées d'intensités variées jusqu'à obtenir des altérations rocheuses équivalentes à celles rencontrées dans la grotte. Il a également permis de mesurer les dégagements de fumée, de gaz toxiques, de connaître les vitesses de dégradation des matériaux, les quantités de pin sylvestre brûlées, celles de résidus de charbon de bois produits, etc. Forts de ces données, les chercheurs vont maintenant réaliser des modélisations virtuelles en 3D.
LireLactu
Parcourir
Rechercher

Sources
Challenges
Courrier international
EL PAÍS
L'Humanité
La Croix
La Vanguardia
Le Figaro
Le Monde
Le Parisien
Les Echos
Libération
NY Daily News
Sciences et Avenir