DOSSIER

Les manuscrits de Qumran sont-ils l'oeuvre des esséniens ?

Sciences et Avenirjeudi 22 décembre 2016
Les adeptes de ce courant du judaïsme ont occupé ce site sur la rive occidentale de la mer Morte, proche des grottes où ont été cachés les célèbres écrits, avant d'en être chassés par les Romains.
n consensus réunit désormais la plupart des spécialistes : les fragments de textes bibliques découverts dans 11 grottes situées à Qumran, au sud de Jéricho (Cisjordanie), sont bien en partie l'oeuvre des esséniens. « S'ils ne sont pas les auteurs de tous les textes, ils en sont les propriétaires », explique Daniel Stoeckl Ben Ezra, directeur d'études à l'EPHE. Ce groupe constitue, avec les pharisiens et les saducéens, l'une des trois principales « sectes » du judaïsme apparues au iie siècle avant notre ère. Les esséniens tentaient, sur ce site, de construire une société idéale selon des règles strictes retrouvées dans le rouleau dit des Hymnes. Qumran abritait un ensemble de bâtiments et de dépendances et comptait un cimetière de 1200 tombes. Il était traversé par un aqueduc alimentant des bassins. Mais, en 68 de notre ère, les armées romaines de l'empereur Titus détruisent le site, en même temps que le Temple de Jérusalem, au cours de la première révolte juive débutée en 66. C'est à ce moment-là que les esséniens -- et peutêtre d'autres populations en fuite -- auraient caché sur place leurs précieux écrits, ainsi que des documents plus anciens. Avec l'espoir de revenir lesUPETER CONNOLY/AKG-IMAGES
chercher un jour ? Toujours est-il que les historiens ne trouvent plus aucune trace des esséniens, ni aucun témoignage les concernant, après 135. « D'autres manuscrits, retrouvés ailleurs dans la région et datant d'époques différentes, apportent aussi un éclairage sur d'autres groupes », poursuit l'expert. Des parchemins datant de la transition perse et du début de la période hellénistique (fin ive siècle avant J.-C. - début iiie siècle avant J.-C.) ont ainsi été retrouvés à Wadi Daliyeh. Puis ce sont des documents datant de la révolte de BarKokhba (Fils de l'étoile) -- nom de guerre de son leader -- connue aussi comme la deuxième guerre judéoromaine, en 135 de notre ère, qui ont été exhumés à Wadi Murabbaat, Nahal Mishmar ou encore Massada.
LireLactu
Parcourir
Rechercher

Sources
Challenges
Courrier international
EL PAÍS
L'Humanité
La Croix
La Vanguardia
Le Figaro
Le Monde
Le Parisien
Les Echos
Libération
NY Daily News
Sciences et Avenir