HISTOIRE

Trafalgar : on a retrouvé l'épave du « Fougueux »

Sciences et AvenirJoël Ignasse
La destruction de la flotte franco-espagnole le 21 octobre 1805 contraignit Napoléon à renoncer à son projet d'invasion de l'Angleterre.
MP/LEEMAGE
Grâce à la modélisation du trajet de l'ouragan qui a coulé de nombreux navires après la bataille, des vestiges de ce bateau français ont été localisés dans l'Atlantique.
Il gisait au fond de l'Atlantique depuis 212 ans. Des scientifiques de l'université de Cadix (Espagne) viennent peut-être de localiser les vestiges du Fougueux grâce à de nouvelles techniques de prospection fondées sur des modélisations numériques. Ce vaisseau de 74 canons avait participé à la bataille de Trafalgar qui vit s'affronter au large de Cadix (Espagne), le 21 octobre 1805, la flotte franco-espagnole et les navires anglais de l'amiral Nelson. L'engagement s'était soldé par la perte ou la capture de la plupart des bateaux espagnols et français, dont le Fougueux. Pris à l'abordage par les Anglais, celuici allait finalement être coulé la nuit suivante par une terrible tempête. « L'une de celles qui ne se produisent qu'une seule fois en plusieurs centaines d'années ! explique Manuel Bethencourt, de l'université de Cadix, qui a dirigé les recherches. Parmi les navires coulés, un seul l'a été pendant la bataille. Tous les autres ont été naufragés à cause de la météo. » La tempête ayant commencé par des vents violents soufflant en direction du sud avant de s'orienter au nord, de fortes modifications des courants et de la houle se sont produites. Pour retrouver les restes du navire disloqué, l'équipe a donc modélisé ces changements. L'occasion s'en est présentée en décembre 2009, quand Cadix a subi un coup de vent du même acabit que celui de 1805. Ses caractéristiques ont été comparées avec des indications tirées des journaux de bord rédigés par les marins de l'époque, montrant que les deux événements avaient évolué de la même façon.
40 canons et 5 ancres
Munis de ces informations, les scientifiques ont réalisé des simulations intégrant plusieurs modèles de dispersion en « lançant des particules virtuelles qui dériveraient de la même façon que les restes d'un naufrage », précise Manuel Bethencourt. Grâce à ces simulations, il a été possible de déterminer des zones où la probabilité de trouver des débris était haute. Ont ainsi été découverts de nombreux vestiges, dont 40 canons et 5 ancres appartenant vraisemblablement au Fougueux. Il faudra cependant rapporter d'autres pièces pour en être certain.
12 Le nombre de vaisseaux français et espagnols coulés après la bataille, contre un seul au cours de l'affrontement lui-même.
« Nous avons prouvé que l'utilisation d'outils numériques reposant sur des modèles hydrodynamiques et de dispersion est très efficace dans la recherche de débris marins », se réjouit Tomás Fernández Montblanc, qui a réalisé les simulations. Ces modèles pourraient se révéler utiles dans d'autres domaines : « Ils peuvent être utilisés pour estimer la dispersion d'hydrocarbures ou chercher des corps après un naufrage », conclut le scientifique.
LireLactu
Parcourir
Rechercher

Sources
Challenges
Courrier international
EL PAÍS
L'Humanité
La Croix
La Vanguardia
Le Figaro
Le Monde
Le Parisien
Les Echos
Libération
NY Daily News
Sciences et Avenir