ACTUALITÉS

Le syndrome de la guerre du Golfe n’est pas dû à l’uranium des munitions

Sciences et AvenirH. R.
Restez informés en suivant LireLactu sur
L’origine de cette maladie chronique, dont souffrent 200 000 soldats qui ont combattu en Irak en 1991, reste inconnue. TOXICOLOGIE Longtemps suspecté d’être à l’origine du syndrome de la guerre du Golfe dont ont souffert 200 000 soldats américains déployés en Irak en 1991, l’uranium appauvri présent dans des munitions antichars est disculpé.
Accès requis pour lire la suite de cet article
Restez informés en suivant LireLactu sur