ACTUALITÉS

« On ne transmet pas le goût des maths aux élèves »

Roger Mansuy, professeur au lycée Louis-le-Grand à Paris et membre de la Commission française pour l'enseignement des mathématiques.

Sciences et AvenirA. Kh.
En mathématiques, les élèves français de CM1 et de terminale S figurent en dernière position du classement TIMSS (Trends in International Mathematics and Science Study), tandis que l'évaluation Pisa (Programme international pour le suivi des acquis des élèves) indique que les collégiens de 15 ans ont un niveau tout juste moyen.
Comment peut-on interpréter ces résultats ?
La France investit moins que les autres pays de l'OCDE dans les classes primaires. Mais le problème principal est celui de la formation des professeurs des écoles. Très peu d'entre eux ont fait des études scientifiques et peu ont apprécié les mathématiques. De ce fait, ils ne peuvent pas transmettre le goût des maths aux élèves.
Que devrait-on faire pour mieux former ou recruter les enseignants ?
Tout d'abord il faut rendre la filière de l'enseignement plus attractive pour les étudiants engagés dans les études scientifiques. Le master « métiers de l'enseignement, de l'éducation et de la formation » suivi par les professeurs des écoles recrute avant tout des littéraires, que l'on doit davantage accompagner en sciences.
Est-ce que le nombre d'élèves par classe intervient aussi ?
C'est prioritairement dans l'apprentissage du langage et de l'écriture que le nombre d'élèves est pénalisant. En sciences, le problème est davantage au niveau du contenu de l'enseignement.
LireLactu
Parcourir
Rechercher

Sources
Challenges
Courrier international
EL PAÍS
L'Humanité
La Croix
La Vanguardia
Le Figaro
Le Monde
Le Parisien
Les Echos
Libération
NY Daily News
Sciences et Avenir